Skip to navigation – Site map

La revue

La genèse d’une nouvelle revue…

En 2009, trois jeunes géographes du laboratoire Gecko de l’Université Paris-Ouest Nanterre la Défense ont imaginé un nouvel espace de publication en géographie. La difficile conciliation de la valorisation des recherches avec les exigences actuelles du monde scientifique (classement HCERES, format et style académique, calendrier des revues) les ont incitées à créer une nouvelle interface supportant une écriture plus libre, en termes de formats, de sujets et de tons. L’équipe des Carnets de géographes était attachée à l’idée que pour le géographe-chercheur, la publication doive rester un moment privilégié d’échanges où émergent de nouvelles idées relatives aux dimensions épistémologiques, théoriques et empiriques de la discipline.

L’objectif de la revue a été de définir un support facilitant la transmission de nouvelles problématiques de recherche, des problèmes de méthodes et de difficultés rencontrées sur le terrain, des diversités de positionnements novateurs. Cet objectif a été élaboré afin de ne pas se conformer aux exigences croissantes des évaluations qui visent à l’homologation, et quelque part à l’homogénéisation des pratiques de recherches. C’est pourquoi la revue s’est dès son origine inscrit dans un mouvement de refus du classement de l’AERES, tel qu’il était alors conçu.

Comment promouvoir la visibilité des recherches émergentes ?

La géographie diffusée par la revue se décline en cinq carnets d’écriture : les Carnets de débats, les Carnets de recherches, les Carnets de lectures, les Carnets de terrain, et enfin les Carnets de soutenances.

Les Carnets de recherches et Carnets de terrain font l’objet d’une relecture en double aveugle par des spécialistes.

Les Carnets de débats ouvrent chaque numéro sur les points importants abordés par les auteurs dans l’ensemble de la revue. Animés par des chercheurs spécialistes et des « apprentis chercheurs » sur la question, cette rubrique se veut une rencontre, un espace de débats, qui dégage un certain nombre d’axes de réflexion à travailler, parce qu’ils n’ont pas fait consensus ou bien parce qu’ils demeurent encore trop peu étudiés. Le format de l’entretien permet également une certaine liberté de ton et d’écriture, défendue par la revue.

Les Carnets de recherches rassemblent l’ensemble des articles (de 30 000 à 50 000 signes maximum) traitant de recherches émergentes. Il s’agit d’accentuer la visibilité des problématiques et objets de recherches originaux, qui n’ont pas fait l’objet de recherches approfondies par la communauté scientifique, ou marginaux parce que délaissés par les représentants de la discipline.

Les Carnets de terrain sont construits à partir de récits de journées de terrain ou de textes soulevant des questions méthodologiques et réflexives, les Carnets de terrain exposent ainsi les « coulisses de la recherche », souvent invisibilisées dans la présentation des résultats de recherche. Au fondement de la construction des savoirs géographiques, le terrain est considéré comme matrice de nouveaux objets, pratiques et discours de la recherche.

Les Carnets de lectures proposent une sélection d’ouvrages à travers des comptes-rendus de lecture, sous plusieurs formes :

Un point de vue critique sur un ouvrage de sciences sociales en langue française ou étrangère. Les comptes-rendus portant sur des publications non-francophones seront particulièrement appréciés afin de rendre compte de problématiques peu visibles dans la géographie française.
Un entretien critique avec un auteur d’ouvrage récent.
Cette rubrique accueille aussi des comptes-rendus de productions non académiques (romans, films, essais, etc.).

Enfin, les Carnets de Soutenances souhaitent être un tremplin pour les jeunes docteurs à travers un affichage de thèses récemment soutenues ayant trait à la géographie (discipline principale ou connexe). Chaque compte-rendu de thèse soutenue est accompagné d’un texte critique court (3 à 5000 signes) sur la problématique et l’aire géographique traitée. Les Carnets de Soutenances offrent un espace de visibilité de travaux de doctorats soutenus dans les deux années précédent la publication.

Diffusion et calendrier de la revue

Il s’agit d’une revue électronique libre d’accès, avec la possibilité de télécharger en ligne les articles gratuitement. L’intérêt du média informatique réside dans la possibilité de publier rapidement des textes, mais aussi de rendre la revue réceptive à une large gamme de supports graphiques (cartes, photographies). En outre, le contenu de la revue sera accessible à un vaste public, au-delà des frontières nationales.

La revue publie deux numéros par an, essentiellement des numéros thématiques mais un espace ouvert sera toujours réservé au Varia.

  • Logo Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques
  • Revues.org