Skip to navigation – Site map
Carnets de recherches

Faire l'expérience des « services écosystémiques » 

Émotions et transformations du rapport aux espaces naturels
Lucas Brunet

Abstracts

This study looks at emotions as a means to understand how the recent notion of “Ecosystem Services” (ES) is likely to change the relationships between natural spaces and various actors. Several ways to grasp emotions in our interviews are presented. The results highlight how ES lead to rethink the relationships of human with natural spaces and their elicited emotions. Heritage area and area of conservation interest are conceived from another perspective. A relationship of dependency between human and nature stand in for a constraint of nature conservation by human. Compensation and commodification of natural spaces trigger manifold emotions, where love of nature is replaced by personal interest. Mapping area through the notion of ES may be entailing disappointed expectations among various actors for now. Finally, studying emotions allow us to underline a complexity in actors’ positions contrasting with the common idea of that ES are an overall success.

Top of page

Full text

L’auteur remercie l’Arc Environnement de la région Rhône-Alpes et l’Irstea, ainsi que Isabelle Arpin, Taru Peltola et des relecteurs anonymes.

Introduction

  • 1 Dans le texte, les propos des écologues et gestionnaires sont anonymisés pour respecter la confiden (...)

« En tant que gestionnaires d'aires protégées, on peut être confrontés à de mauvaises décisions publiques qui entraînent une destruction d'espaces naturels. Nous, on connaît les valeurs de ces espaces naturels en termes de biodiversité, mais ce ne sont pas forcément des éléments qui portent par rapport aux décideurs. Éradiquer une plante ou un animal protégé, des fois ça ne leur fait pas peur. [...] Mais dès qu'ils savent quels services rendent ces écosystèmes-là, donc dans une approche purement économique ou utilitaire, centrée sur l'homme, on touche beaucoup plus directement des cordes sensibles que quand on leur parle d'une petite bête ou d'une petite plante qui va disparaître. » (gestionnaire n°11).

1Les paroles de ce gestionnaire résument pour une part la manière dont la notion de « services écosystémiques » (SE) propose de résoudre le problème de la dégradation des espaces naturels. Définie comme « les bénéfices rendus par les écosystèmes aux sociétés humaines », cette notion façonne un univers anthropocentré, où fonctionnalité, utilité et valeur sont attribuées aux espaces naturels. Elle se distingue ainsi de la notion de biodiversité, pour laquelle la variabilité des espaces et des espèces constitue une condition essentielle de leur préservation. L'une comme l'autre investissent en conséquence les espaces naturels d'émotions bien différentes. La rhétorique du « scénario de malheur » de la biodiversité (Mauz, 2011) fait appel à des récits de crise d'extinction des espèces, d'appauvrissement des espaces naturels, et de hotspots à conserver à tout prix. Elle mobilise ainsi des émotions se rapportant au registre de la peur, de l'angoisse et de la tristesse. Au contraire, les SE véhiculent une vision fonctionnelle des espaces, important pour le bien-être humain, et y associent le bénéfice, la satisfaction et l'espoir. Ces différentes émotions se doublent alors de différentes façons d'intervenir sur la gestion de l'espace, comme nous allons le voir.

2Dans la suite de mon propos, la nature et les espaces naturels ne se définissent pas comme des collectifs hybrides (Latour, 1999), mais possèdent plutôt le sens que leur donnent les acteurs, à savoir celui d’une nature idéale-typique, théoriquement exempte d'influences humaines. Il en va de même pour le fonctionnement des écosystèmes. Pour simplifier, nous pouvons considérer en premier lieu que les espaces naturels auxquels se réfèrent les acteurs renvoient à des espaces dotés d’un statut de protection (parcs nationaux, réserves naturelles, etc.). Quant à l’homme, il est ici appréhendé dans le contexte des sociétés dites « modernes et occidentales ».

3Bien qu'une histoire émotionnelle de la conservation de la nature reste à faire, une mise en perspective historique des émotions associées aux espaces naturels illustre la trajectoire dans laquelle s'inscrit la notion de SE. L'étude de la perception des glaciers menée par Carey (2007) reflète cette transformation des rapports des individus à l'espace. Initialement perçus comme des menaces et associés à la peur dans la société du XVIIe siècle, les glaciers sont progressivement reconsidérés à l'Age des Lumières en tant que source d'intérêt scientifique, puis, sous l'influence du romantisme, comme une source d’inspiration et d’émerveillement. L'amour qui se développe alors à l'égard de la nature conduit à établir les premiers parcs nationaux au début du XXe siècle, dans un objectif de conservation. Aujourd'hui, on ne peut s'empêcher de remarquer la diversité des instrumentations sociopolitiques de la nature et des émotions qui leur sont associées, dans un assemblage parfois paradoxal. La science dépersonnalise ainsi la nature en rationalisant son fonctionnement et son évolution, tout en permettant de prendre conscience de sa destruction (Milton, 2002). Son exploitation industrielle, bien que source de bénéfices monétaires, engendre un état d’anxiété face à un risque permanent (Beck, 1986). Et les discours moralisateurs, qui émanent de ses protecteurs, alimentent dans une diversité de publics une inquiétude diffuse et une culpabilité plus ou moins latente (Hawkins, 2015). Cette diversité émotionnelle se retrouve dans le cas de la préservation des espaces naturels. Elle conduit Milton (2002) à s’interroger sur les fondements expérientiels de l’engagement dans leur protection, qu’elle considère primordialement motivée par des expériences d’amour et de joie.

4Mon analyse prend pour point de départ ce constat de la diversité des émotions attachées à la conception des espaces naturels pour en questionner la pertinence méthodologique comme outil d'analyse. Je suggère en effet de considérer les émotions comme un moyen de comprendre les relations à l'espace (Davidson & Milligan, 2004) et analyse l'expérience d'un changement dans ces relations au sein de la communauté des écologues et des gestionnaires d’espaces naturels. Pour explorer comment l’adoption de la notion de SE transforme la manière d'appréhender l'espace, je propose de répondre aux deux questions suivantes : dans quelle mesure les émotions peuvent-elles refléter des changements dans les relations à l'espace naturel ? Et en quoi les émotions ressenties conduisent-elles à reconsidérer l'action sur ces espaces ?

5L'étude de la notion de SE par les sciences humaines et sociales demeure à ce jour relativement faible, ce qui témoigne d'une réticence première de ces disciplines à s'en emparer. En France, les acteurs rencontrés connaissent tous la critique de la notion et de ses dérives monétaires décrite par la philosophe Virginie Maris (2014). L'analyse de la gouvernementalité des SE d’Arnauld de Sartre et al. (2014) complète ce travail en questionnant l'opérationnalité de la notion et en documentant sa généalogie, également illustrée par le projet de recherche SERENA. Enfin, Barnaud et Antona (2014) renseignent les controverses provoquées par la notion, et Laurans et al. (2013) interrogent l'utilisation des évaluations dans la prise de décision. Au niveau international, une première partie des travaux s'attache à questionner la dimension néolibérale de la notion, pour la critiquer d'un point de vue historique (Gomez et al., 2010) ou documenter la circulation des connaissances entre l'écologie et l'économie (Robertson, 2006). Une autre partie des auteurs interroge l'utilisation spatiale de la notion pour illustrer les relations entre l'homme et la nature et ses difficultés d'application (Potschin et Haines-Young, 2011) ou pour planifier des projets de protection (McKenzie et al., 2014). Notre lecture émotionnelle de la situation espère contribuer à l'enrichissement de l’analyse de la notion de SE par les sciences humaines et sociales.

6Une définition des émotions pour l’enquête, ainsi qu’une méthodologie de leur analyse dans les discours sont d’abord proposées. Je détaille ensuite comment la notion de SE permet de repenser la relation aux espaces naturels, avant de m’engager dans une étude plus précise de ses conséquences sur la manipulation, la monétarisation et la cartographie des espaces. L’article se termine par une synthèse sur ce que les émotions aident à comprendre aux transformations engendrées par les SE.

Appréhender les émotions dans les discours

7Le matériau d'enquête regroupe les témoignages de 37 personnes, recueillis lors d'entretiens semi-directifs réalisés en France et en Finlande entre janvier et juin 2015. Un quart des entretiens ont été effectués avec des gestionnaires impliqués dans des activités de gestion de la nature. Le reste provient de chercheurs de disciplines scientifiques variées : écologie, biologie de la conservation, économie et gestion. S'y ajoutent plusieurs séances d'observation de groupes de travail d'écologues de l’Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture).

8Ma démarche s'ancre dans une perspective pragmatiste, qui s’applique à suivre les acteurs au plus près de leurs actions et des situations dans lesquelles ils s'impliquent, et à restituer fidèlement leurs discours et leurs pratiques (Latour, 1987). Comment cette sociologie peut-elle, au travers de l'étude des émotions, rendre compte des transformations du rapport des individus à l’espace, en réponse à l'utilisation de la notion de SE ?

9Esquissons une première approche pour essayer de définir les émotions. Les émotions ne seront pas appréhendées ici comme elles le sont par la psychologie, c'est-à-dire comme le résultat d'une modification d'un état intérieur des individus ou d'une réaction corporelle. Les émotions constituent davatange une pratique sociale qui intervient dans les interactions entre individus (Anderson et Smith, 2001). Les relations sociales au sein et entre les différents groupes d'acteurs impliqués dans les espaces naturels sont donc médiées par des émotions, qui peuvent être de types variés : satisfaction, soulagement, intérêt, espoir, excitation, frustration, déception, mépris, rejet, énervement, peur, inquiétude, etc.

10Remontons à l'étymologie latine du terme : ex-movere signifie remuer, ébranler, mettre en mouvement vers l'extérieur. C'est dans leur dimension d'action et leur capacité à faire faire quelque chose aux individus qu'il me semble intéressant de penser et de saisir les émotions. Cette perspective spinoziste de l’émotion, reprise par Thrift (2004), suppose que la modification du corps engendre un pouvoir d'action. Toute l'articulation spatiale des émotions se révèle par cet aspect moteur (Davidson and Milligan, 2004) : elles font se rapprocher, s'éloigner ou se toucher. Elles contribuent ainsi à développer différentes relations à l'espace telles que l'habiter, le déplacer ou l'agir (Guinard et Tratnjek, 2015). Par ailleurs, en plus d'être un puissant moteur de l'action sociale, les émotions sont construites et dépendent directement de l'interprétation d'une situation donnée (Bernard, 2015). Le fait de les considérer comme relationnelles (Anderson et Smith, 2001), constitutives et perturbatrices du domaine social, voire comme des faits sociaux (Guinard et Tratnjek, 2015), requiert de les replacer, lors de l’analyse, dans le contexte de leur production.

11En conceptualisant les émotions comme « élément moteur et élément de cohésion (de l'expérience) » (Dewey, 1925 : 92), Dewey nous aide à penser les émotions en situation et à les rattacher au cadre plus général de l’expérience pour aborder dans le même mouvement l'éprouver et l'agir. L'expérience, processus d'« interaction entre l'organisme et l'environnement » (Dewey, 1925 : 60), mène à la transformation d'une situation en opérant un mouvement « d'un point à un autre » (Ibid : 82). Les émotions composent cette expérience et ne peuvent dès lors être appréhendées comme des objets unitaires et définis, extraits de leur situation de production :

12« Nous sommes enclins à nous représenter les émotions comme des choses aussi simples et homogènes que les mots qui les désignent. La joie, le chagrin, l'espoir, la peur, la colère, la curiosité, sont ainsi envisagées comme si chacune de ces émotions était en soi une sorte d'entité qui, lorsqu'elle apparaît, est déjà entièrement constituée, une entité dont la durée, courte ou longue, est sans rapport avec sa nature, pas plus que ne le sont son développement et son évolution. En fait, les émotions (quand elles ont un sens) sont les attributs d'une expérience complexe qui progresse et évolue » (Dewey, 1925 : 90).

13Ainsi, comme le rappellent Davidson et Milligan (2004), les émotions constituent un moyen de révéler l'expérience des événements, et notre recherche s'attache à identifier et à analyser l'expérience d'un changement dans les relations aux espaces naturels.

14Pour donner un sens plus précis aux émotions, il convient toutefois de les différencier de termes proches qui peuvent troubler leur compréhension. Elles se distinguent d'abord des phénomènes réflexes, brèves réactions physiologiques, en tant que « partie intégrante d'une situation globale et durable qui implique un souci des objets et de leur aboutissement » (Dewey, 1925 : 91). Une telle conception s'oppose à une vision répandue en sciences sociales, où les émotions diffèrent des sentiments par leur temporalité : les émotions sont des affects transitoires et les sentiments reposent sur une temporalité plus longue (Deluermoz et al., 2013). Selon Guinard et Tratnjek (2015) et Slepoj (1997), les sentiments relèvent davantage des individus, et correspondent à des ressentis personnels, alors que les émotions peuvent être construites collectivement. Quant aux affects, ils forment une catégorie plus large, « une manière de penser » (Thrift, 2004) ou une capacité des individus à ressentir (Guinard and Tratnjek, 2015).

15Mon approche considère que les émotions forment avant tout un mécanisme d'explication des relations sociales et des rapports à l’espace, et non un objet d’analyse séparé (Deluermoz et al., 2013), et qu’elles possèdent une dimension essentiellement discursive (Lutz et Abu-Lughod, 1990). Pour Kleres (2010), la nature de l’expérience émotionnelle est essentiellement narrative et les émotions structurent les éléments narratifs qui composent cette expérience. Plutôt que de former des éléments isolés et réifiables, les émotions existent au travers de l’analyse des configurations des acteurs, des objets, des actions et des événements, voire, de manière plus générale, de l’organisation même du discours (Durnova, 2014). L’analyse des récits des acteurs ne révèle alors ni une simple émotion, ni un unique jugement, mais « une forme d’activité, un sens de l’engagement avec le monde » (Kleres, 2010 : 188). Les émotions constituent donc une perspective analytique heuristique des expériences des acteurs dans leurs relations aux espaces naturels.

16Identifier le contenu émotionnel d'un discours permet ainsi d'accéder aux motivations, engagements et attachements des individus pour reconsidérer leurs relations aux espaces naturels en réponse à l’introduction de la notion de SE, ou au contraire pour comprendre leurs réticences à l’action. Mais, étant donné que les émotions sont liées à une interaction sociale, leur expression ne demeure pas anodine dans le contexte de la situation d’entretien. Comme le rappellent Deluermoz et al. (2013), l'expression des émotions dans une situation sociale est problématique, pouvant donner lieu à une véritable micropolitique des émotions. Davantage que des discours émotionnels, ce sont parfois des discours sur les émotions qui se déploient. Il faut alors prendre en compte la situation professionnelle des individus et la situation de production du discours. Ma méthodologie d'entretien essaie de résoudre ces contraintes en procédant en deux temps. L'entretien débute avec des questions sur les changements engendrés par la notion de SE dans les pratiques des acteurs, puis continue avec des questions relatives à l’appréciation de cette expérience par l’enquêté(e) : satisfaction, déception, surprise, espoir, peur, etc. Dans les deux cas, discours émotionnels et discours sur les émotions se mélangent, la deuxième partie pouvant faire davantage appel à un discours sur les émotions, puisque celui-ci est directement provoqué.

17Lors de l’analyse des entretiens, il est tout d'abord nécessaire de se demander qui agit, envers qui et ce qu’il en résulte, puisque l’expérience émotionnelle s’avère situationnelle. Plusieurs niveaux d’une lecture qualitative permettent ensuite de comprendre l’expérience émotionnelle des acteurs (Kleres, 2010 ; Micheli, 2014). Premièrement, je cherche des évidences lexicales de la manifestation des émotions dans les verbes, les noms et les adjectifs employés : c’est ce que j’appelle les « émotions dites ». Lorsque les émotions ne sont pas explicites, la mobilisation des registres de langage, des rythmes des phrases et de la structure des récits de manière plus générale permet de « montrer » l’émotion. Les constructions cognitives offrent enfin un dernier niveau d’analyse, en dépendant des situations et des présupposés culturels. La compréhension des personnes impliquées, des agencements, des attributions, des significations, etc., relève alors des émotions « implicites ». La figure 1 résume notre méthode en se focalisant sur une seule émotion à la fois pour plus de simplicité.

Figure 1 : Caractérisation des types d'émotion dans le discours (typologie inspirée de Micheli, 2014)

Figure 1 : Caractérisation des types d'émotion dans le discours (typologie inspirée de Micheli, 2014)

Source : Brunet, 2015

18Enfin, s'il est nécessaire de faire preuve de réflexivité et de questionner les effets de mon implication sur les terrains étudiés, il faut aussi prendre en considération la façon dont le terrain m’affecte, en étant attentif à mes propres émotions (Widdowfield, 2000). Aussi est-il nécessaire de préciser en premier lieu ma familiarité avec la communauté de gestionnaires de la nature et d'écologues ayant effectué des études dans ces deux domaines. Dès ma première rencontre avec la notion de SE, l'enthousiasme prédomina. L'écologie, que j’étudiais à ce moment-là, établissait avec les sociétés un lien, porteur de promesses pour résoudre les conflits environnementaux. Mon étude des sciences sociales me valut ensuite une série de remises en cause de la notion, qui déboucha sur une plus grande méfiance à son égard. C'est donc engagé dans un certain questionnement de la notion que j’effectue mes enquêtes, voulant croire à sa capacité à remédier à la dégradation des espaces naturels, tout en craignant ses dérives mercantiles. Lors des entretiens, l'émotion qui me traverse silencieusement relève le plus souvent de la frustration et de l'énervement face à des enquêtés qui affirment que la notion de SE n'a rien changé à leurs pratiques.

Une perception renouvelée des espaces naturels

19La notion de SE est apparue dans un contexte plus général de reconsidération de la place de l'homme dans les espaces naturels. En appréhendant l'homme comme extérieur aux écosystèmes, les écologues nourrissaient l'espoir de retrouver un espace naturel idyllique, vierge de toute intervention. Ils défendaient ainsi une « conception d'une espèce de paradis des écosystèmes en équilibre [...], l'espoir qu'il puisse y avoir un retour à ce paradis perdu d'une nature, avant que l'homme ne la modifie » (écologue n°4).

20A supposer que les écologues aient cru à un moment à cette vue de l'esprit, ils en rient aujourd'hui : « allez trouver des écosystèmes tranquilles! » (écologue n°4). Ils s’emploient alors à mettre en évidence la « dépendance » de l'homme à l’égard des espaces naturels pour faire face aux changements environnementaux. De ce fait, le changement de paradigme est fort par rapport à la biodiversité. La mise en évidence de la dépendance des humains vis-à-vis de ces espaces est rendue possible par une vision fonctionnelle des espaces naturels. Déjà présente dans la notion d'écosystème, cette vision se trouve renforcée par une identification des services que l'espèce humaine tire des écosystèmes. Par exemple, la capacité des forêts à stocker du carbone est mise en avant. Les gaz à effet de serre émis par les humains sont ainsi modérés ou absorbés par les forêts.

21L'appréhension du territoire et la manière de le gérer changent en conséquence chez les gestionnaires des aires protégées, et les problématiques se transforment. La question « comment défendre la nature contre les sociétés humaines ? », est progressivement devenue « comment la nature peut-elle supporter les pressions humaines, voire les atténuer ? », puis « quels services les sociétés humaines tirent-elles de la nature ? ». Les écosystèmes apportent alors des bénéfices, des richesses à l'espèce humaine, quantifiables d'un point de vue monétaire. Cette vision fonctionnelle permet même d'aller au-delà des espaces et des espèces remarquables, et s'attache désormais à rendre compte de l'ensemble des espaces naturels, ce que les acteurs nomment « la nature ou la biodiversité ordinaire ». De nouveaux espaces s’agrègent alors aux précédents espaces étudiés, comme les prairies, les sols cultivés, la ville ou même le corps humain.

22Les émotions véhiculées par ce changement de paradigme qui replace l’humain au cœur du fonctionnement des écosystèmes diffèrent. Un écologue (n°5) rapporte comment, lors d'un travail mené en entreprise, le responsable du développement durable utilise un discours de contrainte et de peur pour justifier la nécessité de préserver la biodiversité : « Il montrait une diapo où était écrit : "prison" et il disait : "il faut prendre la biodiversité en compte, puisqu'il y a des lois maintenant, même à l'international." ». L'écologue, constatant les limites d’un discours assimilant les relations entre l'entreprise et la biodiversité à « une contrainte », intervient alors pour expliquer l'avantage de la notion de SE : parler de « dépendance ».

23Face à la contrainte de la préservation d'une nature patrimonialisée, il semble donc important, pour certains acteurs, de souligner ces dépendances entre l’homme et la nature et motiver l'action de préservation de la nature par des émotions positives. Ce discours de justification de la préservation des espaces naturels se double d'un discours sur le bien-être, ajoutant à « la dépendance » un nouveau « tour de force » portant sur les liens entre l'humain et les écosystèmes. Grâce à la notion de SE, « on en vient au bien-être, à la qualité de vie » (écologue n°6). Les interactions et interdépendances entre l'humain et les écosystèmes sont résumées dans le schéma du Millennium Ecosystem Assessment exposé dans la figure 2.

Figure 2 : Interdépendances entre l'humain et les écosystèmes

Figure 2 : Interdépendances entre l'humain et les écosystèmes

Millennium Ecosystem Assessment (2005)

24Une partie des interviewés semble donc impressionnée par la capacité de la notion de SE à redéfinir la place de l’homme dans la nature, à mettre en évidence les multiples façons dont il en dépend et à étendre la gamme des espaces qui peuvent être pris en compte, au-delà des espaces protégés ou remarquables. Pour certains écologues (n°13, 14), les SE se muent ainsi en « Graal de l'écologie », voire en « outil pour changer le monde ». Mais d’autres interviewés (n°15) rapportent « l'enthousiasme mitigé » d'une partie de la communauté de la conservation. Dès lors, il convient de s'interroger sur différents points : comment la notion de SE modifie-t-elle l’appréhension des espaces naturels ? La réalité correspond-elle aux attentes des acteurs ? Les émotions éprouvées par les acteurs, en faveur ou en défaveur de la notion, évoluent-elles avec son utilisation ?

Manipuler les espaces naturels

25Une partie des écologues et gestionnaires d'aires naturelles expriment, au travers d'émotions positives, un avantage notable de la notion de SE : elle posséderait la capacité de faciliter la résolution de situations complexes de gestion. En « simplifiant » la conceptualisation des écosystèmes et en « gomm(ant) toute une complexité qui n'existe plus » (écologue n°2), la notion de SE permet de résoudre certaines situations problématiques. L’appréhension des espaces naturels est alors plus aisée et les plans de gestion semblent plus facilement réalisables. Pour certains écologues, cette notion, en rendant « plus facilement mesurable le fonctionnement des écosystèmes », permettrait de comparer les écosystèmes entre eux. S'ouvre alors la possibilité de compenser les destructions d'espaces naturels pour restaurer certaines de leurs fonctions.

26Dans le cas de la compensation de la dégradation d'un espace naturel, un écologue explique que la recherche de compensation ne porte plus sur les espèces (les pollinisateurs), mais sur le fonctionnement de l'écosystème (la pollinisation). Pragmatiquement, la notion de SE soulage donc une partie des acteurs, en leur permettant « d'avancer » dans des situations où ils ne savaient pas trop comment aborder les problèmes. Un écologue (n°1) impliqué dans des problématiques de gestion souligne de nouveau la capacité de la notion de SE à servir de mesure d'évaluation de la destruction pour en permettre la compensation.

27Bien que l'intérêt d'une telle approche de « compensation des milieux et de leur interchangeabilité avec l'utilisation de la fonction » soit avancé par certains acteurs, il n'en reste pas moins qu'elle inquiète et effraie une partie non négligeable des acteurs. Ceux-ci témoignent alors d’un sentiment de « danger », et d'autres s'énervent : « il y a des endroits, on ne touche pas ! » (écologue n°1), tandis que d'autres s'inquiètent du pire et contestent avec véhémence la possibilité de pouvoir comparer des espaces naturels entre eux :

« Les promoteurs vont avoir le droit de détruire d'autres zones humides, sans qu'on sache si, en termes de fonction, elles valent celles qui ont été acquises. [...] Non, c'est non ! On ne peut pas comparer ce qu'on détruit ici, avec ce qu'on protège là. C'est comme si on se posait la question de "est-ce qu'on vous enlève le rein droit ou le rein gauche ?" ». (écologue n°7)

28Davantage qu'une méthodologie scientifique inadaptée, c'est d'abord la peur des dérives d'une telle approche ou de son mésusage qui prédomine. Face à l'étrangeté d'une telle situation, où les acteurs se retrouvent à soutenir la notion tout en redoutant ses effets pervers, les émotions ressenties chez un même individu peuvent devenir contradictoires. Cette ambivalence peut inciter à une « vigilance » accrue et devenir un moteur de l’action.

29Au-delà, ce qui est en jeu, c’est l’idée que l’on pourrait remplacer un espace naturel, comme un marais, par un espace fabriqué par l’homme, comme une station d’épuration, en réduisant ces espaces à la fonction d’épuration qu’ils remplissent. De nouveau, l'ambiguïté émotionnelle de la situation est palpable chez cet écologue :

« - Et aujourd'hui autant je soutiens ça, autant j'en ai très peur. J'espère que ça va changer. J'en ai très peur parce que je pense que c'est vraiment une arme à double tranchant et que, pour l'instant, ce n'est pas le bon tranchant qui est utilisé. » (écologue n°1)

30Vouloir compenser et restaurer ces espaces naturels, dans une dimension utilitariste et dans une vision « anthropocentrée forcenée du service », engendre des inconforts et des rejets de la notion chez de nombreux écologues. Outre le fait que le service répond par définition à une demande humaine, et pose alors la question du sort des espaces pour lesquels aucune demande de service ne s’exprime, le fonctionnement des espaces naturels possède aussi une dynamique propre. Et l'oubli de cette caractéristique désole certains écologues (écologue n°2), notamment dans une perspective de survie de l’espèce humaine sur terre.

31Pourtant, la dynamique propre des écosystèmes et sa difficulté à rentrer dans les cadres de gestion posent problème. Un écologue (n°2) rapporte ainsi le conflit entre les exigences de la loi en termes de compensation et l'action ponctuelle d'une entreprise qui ne peut garantir le résultat final après plusieurs années, les écosystèmes possédant une dynamique propre.

32Ce conflit entre vouloir gérer et contrôler ces espaces, et les « laisser faire » illustre finalement l'incompatibilité entre des mesures gestionnaires et des mesures scientifiques, que la notion de SE ne semble pas résoudre. Dans la deuxième citation de la figure 1, un écologue manifeste clairement son énervement face à la réduction de la complexité des écosystèmes par la notion de SE. D’un côté, cette réduction de la complexité apparaît comme utile, parce qu’elle permet de faire passer des messages aux acteurs économiques et d’avoir une prise sur le réel. Mais, d’un autre côté, elle heurte frontalement les principes mêmes de l’écologie, qui est précisément présentée comme une science de la complexité, avec des dynamiques non linéaires et des effets de seuils.

Rendre la gestion opérationnelle : monétarisation et concertation

33La compensation va alors faire appel à une unité de comparaison monétaire entre les espaces naturels. Résumons brièvement le « modèle en cascade » (Potschin and Haines-Young, 2011) dans lequel s'inscrivent les SE, et qui formalise les rapports entre les espaces naturels et l'humain. Une première réduction de la nature s'opère vers les écosystèmes et leurs fonctions associées. Selon qu'elles correspondent ou non à une demande ou à un besoin humain, ces fonctions sont ensuite de nouveau filtrées. Le résultat obtenu forme les SE. Une valeur peut alors leur être attribuée par l'intermédiaire de calculs économiques. Rendus ainsi opérationnels, les SE sont utilisables dans une optique de gestion. La facilité avec laquelle se produit le rapprochement conceptuel entre la fonction et la valeur n'est toutefois pas nouvelle. En comparant l'économie ornithologique du début du XXe siècle et les SE, Kronenberg (2014) met en évidence la redondance de cette proximité et des vifs débats qui en découlent.

34En France, une partie de la formalisation de ce passage des fonctions aux valeurs s'est produite dans le cadre d'un rapport du Centre d'Analyse Stratégique. Commandé en 2008 pour résoudre « une énorme bagarre dans le sud, à propos d'une autoroute » (écologue n°1), l'objectif principal était de développer une méthodologie de comparaison des espaces naturels grâce aux évaluations monétaires, et de faciliter ainsi la compensation. Un écologue (n°1) relate cette expérience : « Il se trouve que la seule unité de mesure, pour comparer les espaces naturels, ben c'est la monnaie, dans l'état actuel des choses ! ». Dès le départ, les SE apparaissent ainsi comme un outil de pacification des conflits, où les oppositions faites à la destruction des espaces naturels sont déplacées vers des problématiques techniques et économiques.

35Le calcul d'une valeur économique des services rendus par ces espaces naturels va renouveler l'argumentaire de leur protection en s'adressant à de nouveaux acteurs. Il s'agit là des fameuses « cordes sensibles » évoquées dans la citation d'introduction, censées « toucher » les acteurs de la gestion publique. La réforme des parcs nationaux de 2006, qui oblige désormais les parcs à convaincre les conseils municipaux d'adhérer à leurs chartes, renforce ce besoin.

36Les SE fonctionnent dès lors comme des « outils d'opérationnalisation » qui rendent les espaces naturels appréhendables par l'économie. Pour Robertson (2006), les SE sont des outils de traduction pour faire circuler des données du domaine scientifique vers le domaine économique. En ouvrant la gestion des espaces naturels au champ de l'économie, les SE, véritable notion « porte d'entrée » (écologue n°5), reflètent alors l'image d'une « nature que le capital peut voir » (Robertson, 2006). Des études réalisées dans deux parcs nationaux sur la valeur des SE des parcs en témoignent (Hamadé et al., 2011, 2013). Elles mettent en évidence les retombées économiques et la valeur des SE, qui fourniraient quatre-vingt-douze fois le montant investi dans le cadre du parc national de Port-Cros, par exemple. L'ouverture des espaces naturels à de nouvelles opportunités commerciales (Ingram, Redford and Watson, 2012) permettrait ainsi de rallier les acteurs économiques à leur préservation.

37Dans le cas où la notion n'est pas mobilisée pour parler aux acteurs économiques, comme me l'explique un écologue, l'échange « est terminé » : « ils ne nous écoutent pas » (écologue n°5). On comprend alors la frustration d'une partie de ces acteurs et leur volonté de développer cette notion pour « toucher » plus de gens, par l'intermédiaire d'un registre émotionnel composé de bien-être et de richesse. Une écologue impliquée dans les premiers développements de la notion raconte comment sa tristesse et sa frustration l'amenèrent à s'engager dans ce travail « Un petit groupe se retrouva de manière informelle pour regretter l’absence presque totale de prise de conscience du public vis-à-vis de la dépendance des sociétés aux écosystèmes. » et à produire : « une synthèse rigoureuse et détaillée de notre compréhension actuelle d’une série de services écosystémiques et une évaluation préliminaire de leur valeur économique » (Daily et al., 1997 : XV).

38Grâce à la monétarisation des espaces naturels, le nouvel argumentaire développé se retrouve dès lors associé à d'autres émotions. Un écologue (n°1) souligne la dimension utilitariste et opportuniste renforcée par la notion de SE : « il y a une chose a priori forte : c'est l'intérêt personnel ». Ainsi, bien que les écologues et les gestionnaires témoignent d'un attachement émotionnel fort à la nature, pouvant prendre la forme d'un véritable « amour » pour celle-ci, ils se décident à manier un nouveau registre émotionnel. L'amour représenterait pour eux une condition nécessaire à la protection des espaces naturels, que la simple connaissance ne permettrait pas d'atteindre (Milton, 2002). Le même écologue poursuit : « J'avais commencé en disant "il faut connaître pour aimer". Je pense qu'il faut aussi aimer pour avoir envie de connaître ». Mais comment faire pour motiver l'action de préservation lorsque cet amour n'existe pas ? Dans ce cas, les services œuvrent en mobilisant ce registre émotionnel lié à l'intérêt :

« Pourquoi est-ce que mon amour de la nature n'est-il pas partagé ? [...] On a tous plus ou moins vécu ça, plus ou moins longtemps, pourquoi est-ce que j'aime la nature plus que je n'aime Van Gogh ? [...] Si cette démarche affective ne tient pas, il faut trouver autre chose, les services écosystémiques me paraissaient, et me paraissent toujours d'ailleurs, un des moyens pour y parvenir. » (écologue n°1).

39Pourtant, d'autres regrettent ce changement d'argumentaire, qui ne reflète plus l'intimité de leur relation avec la nature, voire, encore une fois, leur amour de cette nature. Des relations à la nature différentes de celles proposées par les SE existent (Jackson, 2014), et tout regarder par le prisme de l'utilitarisme s'avérerait bien réducteur. Car il y a certes des relations de « dépendance extrêmement utilitaire », « d'ordre trophique » comme l’alimentation, mais il existe aussi certains rapports à la nature qui dépassent l'utilitarisme simple, comme le fait « de pouvoir contempler, jouir de la beauté d'une petite fleur, d'un insecte, d'un animal, d'un paysage » (écologue n°8). Et c'est tout ce pan affectif du rapport à la nature qui se trouve occulté par la notion de SE : « Nous, les naturalistes, sommes émus par une petite fleur, par un joli papillon, par le chant d'un oiseau. Mais aux yeux des utilitaristes forcenés, c'est inutile, et défendre la nature pour ça, c'est de la gaminerie... » (écologue n°8).

40Cette critique d'une vision utilitaire de la nature amène dans son sillage d'autres questions, qui seraient plus essentielles quant au rapport à l'espace naturel, et qui « alarment » certains écologues (n°8), comme « le rapport de surconsommation, de surexploitation de l'espace écologique ». Tout se passe comme si la notion de SE masquait la réalité de la dégradation. Ainsi, non seulement la notion de SE agirait comme un voile, mais elle ferait aussi entrer la résolution des problèmes dans une logique « de choix économiques », « de gens qui veulent faire du fric » (écologue n°8), qui s'opposerait à leurs désirs profonds de protection. Dans un mélange d'inquiétude et d’énervement, cet écologue s’« inquiète » de l'utilisation de la notion de SE : « est-ce que nous ne sommes pas en train d'entrer dans le jeu de pouvoirs qui ne sont pas du tout en convergence avec nous, en réalité et en termes de vision de place de l'homme dans la nature ? Tout ça pour des visions à court terme, pour avoir des sous pour faire de la recherche. » (écologue n°8).

41On serait ainsi face à un débat portant sur la solution à choisir pour résoudre le problème de la dégradation des espaces naturels. Ce conflit sur le cadrage du problème (Gusfield, 2009) opposerait deux visions, considérant que la source du problème réside dans une forme d'exploitation mercantile pour la première et dans l'exclusion de la nature de l'économie pour la deuxième.

42En revanche, certains gestionnaires expliquent que les SE permettent de « décloisonner » les acteurs et les problématiques d'un même espace naturel, en permettant à une diversité d’acteurs de s'exprimer (McKenzie et al., 2014). En facilitant les mécanismes de concertation entre des acteurs ayant des visions divergentes ou antagonistes de l'aménagement de l'espace, les SE s'avèrent être un outil d'intégration spatiale. Les forestiers, replacés alors au cœur de « leur rôle historique de gestionnaires de l'espace » (gestionnaire n°2), n’ont plus seulement pour rôle de maximiser la production du bois. En se préoccupant du stockage du carbone, de la qualité du paysage, de la filtration de l'eau, leur rapport à l'espace naturel se trouve élargi et complexifié. Une grande partie de la communauté exprime finalement ses attentes : « On est plein d'espoir vis-à-vis des SE. Toute la forêt est au cœur de tout ça ». La notion de SE rassemble autour de l'espoir qu'elle suscite, et conforte des communautés dans leur vision du monde et de leur rôle (Tutton, 2011).

43J'ai tracé les figures 3 et 4 pour résumer schématiquement la situation exposée dans les parties précédentes. Grâce aux espèces et sites remarquables que les espaces protégés abritent (figure 3), un amour de la nature se diffuse dans ces espaces. Des pressions exercées (projets d'aménagement par exemple) viennent toutefois remettre en cause leur statut de protection et déclenchent, à leur proximité, la peur et la crainte de leur destruction. Avec la notion de services écosystémiques (figure 4), certaines parties de l'espace, désormais fonctionnel, répondent à une demande humaine et fournissent des services source de bien être. Il devient aussi possible de compenser les destructions de l'espace et de développer des activités, ce qui n'est pas sans inquiéter les amoureux de la nature. La figure 5 propose une typologie de la situation.

Figure 3 : Situation d'un espace naturel sans application de la notion de services écosystémiques

Figure 3 : Situation d'un espace naturel sans application de la notion de services écosystémiques

Source : Brunet, 2015

Figure 4 : Situation d'un espace naturel avec application de la notion de services écosystémiques

Figure 4 : Situation d'un espace naturel avec application de la notion de services écosystémiques

Source : Brunet, 2015

Figure 5 : Typologie des espaces naturels avec ou sans l'application de la notion de Services Écosystémiques

Figure 5 : Typologie des espaces naturels avec ou sans l'application de la notion de Services Écosystémiques

Source : Brunet, 2015

Faire des cartes et intégrer les échelles, difficultés engendrées par la notion de SE

44Pour rendre la concertation possible et rendre tangible l'approche spatiale proposée par les services écosystémiques en la diffusant, des cartes des services sont en cours de réalisation. Dans le cadre de l'action 5 de la stratégie européenne sur la biodiversité pour 2020, les États membres sont appelés à faire des cartes de l'état des écosystèmes et des services qu'ils fournissent. Ces cartes doivent ensuite être utilisées pour faciliter la planification territoriale et la communication des résultats à un public varié. Du fait de la complexité de la représentation cartographique, les gestionnaires craignent cependant de ne pas arriver à réaliser cette promesse : « On a ce souci sur le service de pollinisation. On a produit quelques cartes. On en a certaines qui sont très difficiles à interpréter. On sent que les acteurs ne sont pas à l'aise avec elles » (gestionnaire n°3).

45Ces cartes font même l'objet de vives critiques de la part de nombreux écologues. Un panel d'émotions révèle comment ils les perçoivent : les cartes sont qualifiées de « critiquables », trop « simplifié(es) », « dangereuses », voire d’« horreurs ». Le manque de connaissances pour établir ces cartes pose un premier problème. Un écologue, pourtant très favorable à la notion de SE, dénonce la décision, selon lui prématurée, d’établir une carte nationale des SE, qui simplifierait à l’excès une complexité dont il s’agit précisément de rendre compte :

« Quand j'entends qu'en 2015, il y aura une carte des services écosystémiques en France, je marche au plafond ! Je dis "non mais attendez, vous allez faire un truc débile, quoi !". [...] Alors que justement les personnes qui établissent les cartes comprennent et adhèrent parfaitement à l'idée qu'on peut exprimer en disant "encore une fois, tout tourne autour des réseaux de la complexité et c'est de ça dont il faut arriver à rendre compte" » (écologue n°9).

46Dans ce contexte de méconnaissance des SE, il resterait à acquérir un grand nombre de données sur les écosystèmes, de méthodologies à développer, et de propriétés à prendre en compte avant de pouvoir réaliser des cartes un tant soit peu pertinentes.

47Tracées pour répondre en partie aux attentes des acteurs économiques, ces cartes ne font pas non plus l'unanimité chez les entrepreneurs, qui expriment un vif mécontentement : « Le gars qui est venu présenter cette démarche de cartographie s'est fait allumer par les entrepreneurs qui étaient là, et disaient que c'était n'importe quoi […] parce que c'est pas la clef, parce que c'est pas la solution ! » (écologue n°2).

48Faire des cartes de SE soulève un dernier problème qui m’amène à la question des échelles des SE. La cartographie des services dépend en particulier de l'échelle de représentation de la carte. Un écologue exprime son inquiétude face à la réalisation de ces cartes : les services sont souvent très localisés, et donc difficilement représentables à une large échelle. « On va faire une carte de l'Europe, de la France pour la séquestration du carbone, qui n'a aucun sens à cette échelle-là, parce que tout est localisé, même chose pour la dénitrification dans les cours d'eau, ça ne se passe pas sur des kilomètres, ça se passe sur quelques mètres » (écologue n°10).

49Pour faire des cartes, les acteurs conviennent qu'il faut d'abord identifier la bonne unité géographique et son échelle correspondant à la fourniture du service. Mais ils se disent gênés par une situation qui s'avère plus complexe dans la réalité, occasionnant de vifs débats. Certains services sont dépendants de l'échelle, d'autres non (Potschin et Haines-Young, 2011). Un écologue oppose ainsi « la pollinisation », service ayant « un effet zonal », et « le stockage du carbone » qui dépend de « l'atmosphère globale » et dont la localisation « n'a pas d'importance ». Par conséquent, l'extrapolation des données entre ces différentes échelles pose problème, dans une situation où les écologues se demandent comment travailler à plusieurs échelles à la fois : « C'est ces questions d'extrapolation qui m'inquiètent. Je pense que pour les échelles temporelles ou spatiales, c'est très dangereux d'extrapoler comme ça, parce que les choses ne sont pas additives. Ça ne marche pas du tout. » (écologue n°11).

50Par ailleurs, si l'un des avantages de la notion de SE est sa multidisciplinarité, la question de la conceptualisation des échelles par les différentes disciplines demeure. Lors d'une discussion entre scientifiques variés, un écologue (n°12) explique que « ce qui les intéresse, c'est d'avoir des gradients » des données, et quand ils essaient de le faire sur des échelles territoriales correspondant à l'unité de gestion, « ils ont du mal et ça devient monstrueux ». Obtenir une conciliation entre les échelles biophysiques et institutionnelles ne semble pas non plus spécifiquement résolu par la notion de SE. Et la prise en compte de la demande du service, relevant davantage de l'économie, reste difficile à appréhender par les écologues, sans oublier que la demande du service peut varier selon les échelles et selon les acteurs considérés.

Conclusion

51J’ai proposé de conceptualiser les émotions comme un moyen de saisir comment une notion récente, comme celle de SE, est susceptible de transformer le rapport aux espaces naturels d'acteurs variés : écologues, gestionnaires de la nature, entrepreneurs, économistes, etc. Diverses façons d'appréhender les émotions dans les discours ont pu être dégagées et une distinction entre les discours émotionnels et les discours sur les émotions a été établie pour tenir compte de leur situation de production. Ces différenciations ont pu être construites dans un aller-retour entre la théorie et la pratique des enquêtes, et proposent une méthode sociologique d'appréhension des émotions. Cette approche apporte un éclairage nouveau sur la question des services écosystémiques, par rapport aux travaux précédents, en documentant les motivations, attentes et réceptions de la notion dont différents acteurs font l'expérience.

52Les résultats illustrent comment les SE amènent à repenser les rapports des hommes aux espaces naturels et aux émotions qu’ils génèrent. Premièrement, avec le passage de la biodiversité aux SE, les espaces naturels sont moins considérés par une partie des acteurs pour leur caractère remarquable que pour les fonctions qu’ils assurent, et le rapport entre l'homme et la nature s'est mué d'une relation de contrainte en une relation de dépendance. Les émotions associées à cette perception renouvelée des espaces sont donc en premier lieu positives. Elles ouvrent une perspective d'espoir à la résolution des problèmes. Par l'introduction de relations de bien-être entre l'homme et la nature, leur résolution devient même désirable. Deuxièmement, la notion rassure certains acteurs en offrant une issue à la destruction des espaces, grâce à leur compensation et leur restauration. D'autres craignent cependant les dérives d'une telle approche, en particulier pour les espaces auxquels la société ne trouve pas d’intérêts directs. Il en découle une situation émotionnelle paradoxale, où certains acteurs fondent de grands espoirs à l'égard de la notion tout en en ayant peur. Un conflit se noue alors entre une volonté de gérer et contrôler les espaces et de les laisser agir. Troisièmement, la notion de SE permet de formaliser les rapports entre les espaces et les sociétés comme une chaîne de relations spécifiques. La monétarisation pacifie les conflits en opérationnalisant la compensation et développe un nouvel argumentaire, chargé d'émotions positives, qui séduit les acteurs économiques. En remplaçant comme motivation de l'action l'amour de la nature par l'intérêt personnel, les espaces deviennent appréhendables par l'économie, ce qui déclenche néanmoins des émotions négatives chez une partie des acteurs. La notion occulte ainsi le rapport affectif à ces espaces et masque une partie des problèmes à l’origine de leur destruction. Quatrièmement, la cartographie des espaces par la notion de SE ne semble, pour le moment, ni tenir ses promesses en termes communicationnels, ni répondre aux attentes des acteurs économiques. D'autres émotions négatives sont exprimées par des écologues qui redoutent la réduction de la complexité qu'elle opère. L'appréhension des espaces par la notion de SE se heurte enfin à l'articulation des échelles spatiales, selon le type de service, l'échelle de gestion ou les disciplines considérées.

53L’approche par les émotions permet en définitive de mettre en évidence la complexité des positions des acteurs par rapport à une notion qui paraît de prime abord remporter un large succès : la réalité est manifestement plus complexe ; elle se caractérise par une ambivalence, un fort investissement affectif et une réflexivité de l’ensemble des acteurs, y compris des promoteurs de la notion.

Top of page

Bibliography

ANDERSON K., SMITH S. (2001), “Editorial: Emotional geographies”, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 26, n°1, pp. 7-10.

BARNAUD C., ANTONA M. (2014), “Deconstructing ecosystem services: Uncertainties and controversies around a socially constructed concept”, Geoforum, 56, p. 113-123.

BECK U. (2001), La société du risque, Paris, éd. Aubier.

BERNARD J. (2015), « Les voies d’approche des émotions. Enjeu de définition et catégorisations », Terrains Théories [en ligne], n°2, URL : http://teth.revues.org/196

CAREY M. (2007), “The History of Ice: How Glaciers Became an Endangered Species” Environmental History, 12 (3), pp. 497-527.

CHEVASSUS-AU-LOUIS B., SALLES JM., PUJOL JL. (2009), Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes - Contribution à la décision publique, France. Centre d'analyse stratégique.

DAILY G.C. (1997), Nature’s Services: Societal Dependence on Natural Ecosystems, Washington D.C., Island Press.

DAVIDSON J., MILLIGAN C. (2004), “Embodying emotion, sensing space: introducing emotional geographies”, Social and Cultural Geography, vol. 5, n°4/2004, pp. 523-532.

DELUERMOZ Q., FUREIX E., MAZUREL H., OUALDI M., (2013), « Écrire l'histoire des émotions : de l'objet à la catégorie d'analyse », Revue d'histoire du XIXe siècle, n°47, pp. 155-189.

DE SARTRE X. A. et al. (2014), Political ecology des services écosystémiques, Bruxelles, Ecopolis.

DEWEY (1925), L'art comme expérience, Trad. de l'anglais, 2010, Paris, Folio.

DURNOVA A., (2014), “Framing policy designs through emotions: Foucault and Deleuze and the organizing device of discourses »”, IPSA Conference, Montreal.

GOMEZ-BAGGETHUN E. et al. (2010), “The history of ecosystem services in economic theory and practice: From early notions to markets and payment schemes”, Ecological Economics, 69(6), pp. 1209-1218.

GUINARD P., TRATNJEK B. (2015), “GEOGRAPHIES, GEOGRAPHES ET EMOTIONS, Appel à contribution pour le 9è numéro des Carnets” - 15 septembre 2015.

GUSFIELD J.R. (1981), The culture of public problems, drinking-driving and the symbolic order, Chicago, University of Chicago Press.

HAWKINS G. (2010), “Plastic materialities”, in in Braun B. and Whatmore S., (2010), Political Matter: Technoscience, Democracy, and Public Life, Minneapolis, University of Minnesota Press.

INGRAM J.C., REDFORD K.H. AND WATSON J.E.M. (2012), “Applying ecosystem services approaches for biodiversity conservation: benefits and challenges”, S.A.P.I.EN.S [en ligne], URL : https://sapiens.revues.org/1459.

JACKSON S. AND PALMER L., (2015), “Reconceptualizing ecosystem services: Possibilities for cultivating and valuing the ethics and practices of care”, Progress in Human Geography, 39(2), pp. 122-145.

KLERES J. (2010), “Emotions and Narrative Analysis: A Methodological Approach”, Journal for the Theory of Social Behaviour, 41(2), pp. 182-202.

KRONENBERG J. (2014), “What can the current debate on ecosystem services learn from the past? Lessons from economic ornithology”, Geoforum, 55, pp. 164-177.

LATOUR B. (1987), Science in Action, Cambridge, Harvard University Press.

LATOUR B. (1999), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

LAURANS Y. AND MERMET L. (2014), “Ecosystem services economic valuation, decision-support system or advocacy?” Ecosystem Services, 7, pp. 98-105.

LUTZ, A. AND ABU-LUGHOD, L. (1990), Language and the politics of emotion, Cambridge University Press, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, Paris.

MARIS V. (2014), Nature à vendre. Les limites des services écosystémiques. Versailles : Quae. Sciences en Questions.

MAUZ I., (2011), « Le renouveau des inventaires naturalistes au début du XXIe siècle », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, 76, pp. 13-23.

MC KENZIE E., POSNER S., TILLMANN P., BERNHARDT J.R., HOWARD K., ROSENTHAL A. (2014), “Understanding the use of ecosystem service knowledge in decision making: lessons from international experiences of spatial planning”, Environment and Planning C, 32(2), pp. 320-340.

MILLENNIUM ECOSYSTEM ASSESSMENT (2004), Ecosystems and Human Well-being: Synthesis, Millennium Ecosystem Assessment, Washington D.C., Island Press.

MICHELI R. (2014), Les émotions dans les discours, Modèle d'analyse et perspective, Louvain-la-Neuve, De Boeck, Duculot.

MILTON K. (2002), Loving Nature: towards an ecology of emotion, London, New York, Routledge.

HAMADE F., BINET T, FALLER P., MARECHAL JP. (2013), « Approche des éléments de la valeur économique totale du parc national de la Guadeloupe », étude, Parcs Nationaux de France.

HAMADE F., RONAN C. (2011), « Approche des éléments de la valeur économique totale du parc national de Port-Cros », étude, Parcs Nationaux de France.

POTSCHIN, M.B., HAINES-YOUNG, R.H. (2011), “Ecosystem services: exploring a geographical perspective”, Progress in Physical Geography, 35(5), pp. 575-594.

ROBERTSON M. (2006), “The nature that capital can see: science, state, and market in the commodification of ecosystem services”, Society and Space, 24(3), pp. 367-387.

SLEPOJ V. (1997), Géographie des sentiments, Paris, Payot & Rivages.

THRIFT N. (2004), “Intensities of feeling: towards a spatial politics of affect”, Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, 86(1), pp. 57-78.

TUTTON R. (2011), “Promising pessimism: reading the futures to be avoided in biotech”, Social Studies of Science, 41(3), pp. 411-429.

WIDDOWFIELD R. (2000), “The place of emotions in academic research”, Area, 32(2), pp. 199-208.

Top of page

Notes

1 Dans le texte, les propos des écologues et gestionnaires sont anonymisés pour respecter la confidentialité des entretiens. Ils sont numérotés de 1 à 15.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Caractérisation des types d'émotion dans le discours (typologie inspirée de Micheli, 2014)
Credits Source : Brunet, 2015
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/608/img-1.png
File image/png, 46k
Title Figure 2 : Interdépendances entre l'humain et les écosystèmes
Credits Millennium Ecosystem Assessment (2005)
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/608/img-2.png
File image/png, 1001k
Title Figure 3 : Situation d'un espace naturel sans application de la notion de services écosystémiques
Credits Source : Brunet, 2015
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/608/img-3.png
File image/png, 127k
Title Figure 4 : Situation d'un espace naturel avec application de la notion de services écosystémiques
Credits Source : Brunet, 2015
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/608/img-4.png
File image/png, 142k
Title Figure 5 : Typologie des espaces naturels avec ou sans l'application de la notion de Services Écosystémiques
Credits Source : Brunet, 2015
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/608/img-5.png
File image/png, 44k
Top of page

References

Electronic reference

Lucas Brunet, « Faire l'expérience des « services écosystémiques »  », Carnets de géographes [Online], 9 | 2016, Online since 30 November 2016, connection on 24 August 2017. URL : http://cdg.revues.org/608 ; DOI : 10.4000/cdg.608

Top of page

About the author

Lucas Brunet

Doctorant en sociologie à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea)
lucas.brunet [at]irstea.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue Carnets de géographes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques
  • Revues.org