Navigation – Plan du site
Carnets de soutenances

Une géographie à l’école par la pratique artistique

Une recherche-création pour géo-graphier le sensible en classe par la photographie, la carte sensible et la performance
Sophie Gaujal

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Chaque jour nous nous déplaçons, utilisons des repères, choisissons de nous rendre ici plutôt que là, parce que c’est plus rapide ou parce que le chemin est plus agréable. Tout au long de notre vie, nous choisissons de nous installer ici plutôt que là, parce que le cadre nous plait davantage, parce que c’est moins cher, parce qu’on y trouve du travail ou pour y passer nos vacances. Nous mobilisons ainsi toutes sortes de stratégies spatiales, liées à notre expérience des lieux. Appelons cela la géographie spontanée.

2A l’école, chaque semaine, les élèves font de la géographie, du primaire à la terminale. Ils apprennent ainsi à penser l’espace, autour de notions transversales au programme comme l’habiter, la mondialisation, le développement durable, l’aménagement, les aires de puissance, et ce en articulant différentes échelles, de l’espace proche au monde. L’espace y est alors analysé comme un construit, aménagé par une pluralité d’acteurs sous l’effet d’une pluralité d’enjeux, dont certains ne datent pas d’aujourd’hui. Appelons cela la géographie raisonnée.

3Géographie spontanée et géographie raisonnée sont deux registres de savoir. L’un mobilise l’expérience de l’espace, l’autre des notions, concepts et méthodes élaborés par la géographie scientifique. L’un et l’autre relèvent cependant d’une même géographie, elle-même en lien avec des savoirs portés par d’autres disciplines. Ainsi, la géographie raisonnée nous apprend que ce n’est pas un hasard si on habite ici plutôt que là, si on emprunte un chemin plutôt qu’un autre et s’il nous parait plus agréable.

4Pourtant, les liens entre leur pratique de l’espace et la géographie enseignée sont rarement explicites pour les élèves ou pour les adultes qu’ils deviennent. Rarement explicites et rarement explicités. A l’échelle micro-spatiale du quotidien, les programmes préfèrent en effet la petite échelle, celle des Etats et des aires régionales. Plus largement, les didacticiens font état d’une géographie dans laquelle les élèves peinent à être acteurs, une géographie où la pédagogie transmissive est privilégiée et l’épreuve de croquis du baccalauréat, pour laquelle les élèves doivent apprendre par cœur sept croquis dont l’intitulé est fourni à l’avance, semble le confirmer.

5Néanmoins, si la forme scolaire (Vincent, 1994), caractérisée par la segmentation des savoirs en cycles, en disciplines, en chapitres, résiste, elle n’en est pas moins bousculée par l’institution scolaire, de manière paradoxale, sous la forme d’innovations institutionnelles. Citons par exemple l’introduction en 2008 dans les programmes de l’étude de l’habiter, de « mon espace proche » ou des territoires de proximité ou le développement d’enseignements à sigles dont le tout dernier, les « EPI » (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) est expérimenté depuis la rentrée 2016. Toutes peuvent être interprétées comme une volonté de l’institution de connecter les savoirs entre eux, qu’il s’agisse des savoirs disciplinaires sous la forme de l’interdisciplinarité (et de ses déclinaisons : la transdisciplinarité, la pluridisciplinarité), mais pas seulement. L’introduction de l’habiter, de « mon espace proche », des territoires du quotidien peut ainsi être comprise comme une volonté d’articuler géographie spontanée et géographie raisonnée ; les demandes répétées de nouer des partenariats avec des institutions culturelles comme une volonté de connecter la classe avec le monde social. En somme établir, au-delà de l’interdisciplinarité, une transversalité entre les savoirs, pour les mettre en relation.

6Géographie spontanée, géographie raisonnée ; savoirs disciplinaires ; savoirs individuels, savoirs collectifs ; savoirs scolaires, savoirs sociaux. Les registres de savoirs sont nombreux, mais tous ne sont pas, ou peu, pris en charge par l’école, encore moins leur articulation.

7L’objectif de la thèse a été de réfléchir à des outils permettant leur articulation, d’imaginer ou de repérer dans l’existant des connecteurs qui favoriseraient l’articulation de l’ensemble de ces savoirs entre eux, dans un contexte favorable où l’institution elle-même encourage les enseignants à le faire. Au-delà, l’objectif a été de développer ces outils, de les tester, et de les transférer dans les pratiques enseignantes.

8L’hypothèse : la pratique artistique pourrait être le moyen de cette articulation. Par pratique artistique il faut comprendre ici une pratique amateur, mobilisant différentes formes artistiques (dessin, photographie, poésie, performance…). En favorisant des opérations cognitives complexes et en aboutissant à une production finale qui les synthétise et devient à son tour support d’un savoir, la pratique artistique jouerait le rôle d’un véhicule du savoir.

9Trois dispositifs visant à géo-graphier le sensible ont ainsi été expérimentés : la photographie, via un concours de photographie intitulé GéoPhotoGraphes et organisé à l’échelle académique, la carte sensible, via un concours de carte postale sensible (CartoGraphie ton Quartier) lancé à l’échelle nationale, et une performance artistique, réalisée avec une classe de première ES en 2013 et intitulée « Récréaction. Inversion des polarités ».

10La méthodologie adoptée a été celle d’une recherche-création : recherche d’une part menée par une praticienne-chercheure sur sa propre pratique, et utilisant sa position d’enseignante dans le secondaire et de formatrice pour tester ses hypothèses ; création d’autre part, car engageant la créativité de la chercheure, pour mettre en œuvre dans un cadre scolaire des pratiques facilitatrices d’expériences sensibles.

11Au terme d’un exposé qui présente d’abord les bricolages expérimentés dans le champ de la pratique enseignante, puis l’élaboration d’un cadre théorique et méthodologique dans le champ de la recherche, la troisième partie de la thèse est consacrée à la description et l’analyse de ces dispositifs de géo-graphies. S’y dessine la manière dont les classes, les élèves et leurs enseignants, par le truchement de ces dispositifs, ont fait avec l’espace, pour en dégager un savoir spatial et le communiquer à d’autres. La carte postale sensible ci-dessous, réalisée par une classe de Première ES du lycée Jacques Prévert de Boulogne Billancourt en 2015-2016 à l’issue d’un projet mené sur une partie de l’année scolaire, et qui les a conduits à explorer un espace situé à proximité de l’établissement, en est un exemple.

12

Figure . Recto de la carte postale sensible réalisée par une classe de 1èreES, lycée J.Prévert, Boulogne Billancourt, 2015-2016

Figure . Recto de la carte postale sensible réalisée par une classe de 1èreES, lycée J.Prévert, Boulogne Billancourt, 2015-2016

©Sophie Gaujal

13

Figure . Recto de la carte postale sensible réalisée par une classe de 1ères, lycée J.Prévert, Boulogne Billancourt, 2015-2016

Figure . Recto de la carte postale sensible réalisée par une classe de 1ères, lycée J.Prévert, Boulogne Billancourt, 2015-2016

©Sophie Gaujal

Discipline
Géographie

Directeur
Christian Grataloup, professeur des Universités en Géographie, Université de Paris Diderot-Paris 7 – UMR Géographie Cité

Université
Université Paris Diderot- Paris 7

Membres du jury de thèse, soutenue le 27 septembre 2016
Christian Grataloup : professeur des Universités en Géographie, Université de Paris Diderot (directeur)
Cécile de Hosson : professeure des Universités en Physique, Université de Paris Diderot (présidente)
Caroline Leininger-Frézal : maîtresse de Conférences en Géographie, Université de Paris Diderot (examinatrice)
Anne-Sophie Molinié, maîtresse de Conférences en Histoire de l’art, Université de Paris Sorbonne (co-directrice)
Jean-François Thémines : professeur des Universités en Géographie, Université de Caen, Basse-Normandie (rapporteur)
Anne Volvey : professeure des Universités en Géographie, Université d’Artois (rapporteur)

Situation professionnelle à l’issue de la thèse
Enseignante d’histoire-géographie en lycée.

Courriel de l’auteur
s.gaujal[at]gmail.com

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure . Recto de la carte postale sensible réalisée par une classe de 1èreES, lycée J.Prévert, Boulogne Billancourt, 2015-2016
Crédits ©Sophie Gaujal
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure . Recto de la carte postale sensible réalisée par une classe de 1ères, lycée J.Prévert, Boulogne Billancourt, 2015-2016
Crédits ©Sophie Gaujal
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/623/img-2.png
Fichier image/png, 1011k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Gaujal, « Une géographie à l’école par la pratique artistique », Carnets de géographes [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cdg.revues.org/623

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Carnets de géographes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques
  • Revues.org