Navigation – Plan du site
Carnets de soutenances

Les inégalités écologiques à l’aune du choléra : étude dans la ville de Cotonou au Bénin

Taofick Raoul Fousséni

Entrées d’index

Mots-clés :

Santé, inégalité, ville
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la mondialisation favorise la prise de conscience de l’enjeu environnemental dans les villes, notamment avec la médiatisation du réchauffement climatique et les grandes rencontres internationales, de Stockholm (1972), Rio de Janeiro (1992) et Johannesburg (2002) sur le développement durable, la COP 21 à Paris en 2015 et la COP 22 à Marrakech en 2016, la faible prise en compte des problèmes environnementaux est flagrante dans les pays africains, comme le montre l’exemple de la Tanzanie (Roy, 2007). L’opinion publique et les citadins accordent très peu d’attention à cette question alors que les villes africaines sont confrontées à des risques sanitaires d’origine environnementale (PNUE, 2013). Comment la persistance des maladies infectieuses et parasitaires dans les villes africaines peut-elle révéler les inégalités écologiques ? C’est à cette question que notre thèse de doctorat en sociologie a proposé des réponses à travers l’exemple de la ville de Cotonou au Bénin. En mobilisant la notion d’effet de lieu, nous avons fait l’hypothèse que les inégalités écologiques sont le résultat des interactions entre les conditions socio-économiques des habitants, l’espace physique et les politiques publiques.

2Dans un premier temps, nous montrerons comment notre approche pluridisciplinaire a mobilisé l’épidémiologie, la géographie, l’anthropologie au service de la sociologie pour appréhender la complexité des inégalités écologiques. Dans un second temps, nous mettrons en exergue le rôle déterminant de l’espace dans la production des risques sanitaires.

3Effet combiné du milieu et des caractéristiques socio-économiques sur les inégalités écologiques

4Entendues comme la traduction en France du mouvement états-unien de l’environnemental justice mis en avant notamment par Robert Bullard (1990), les inégalités écologiques renvoient aux inégalités sociales entre individus face à l’environnement (Theys, 2005), c’est-à-dire, d’une part, aux différences de production et d’exposition des groupes sociaux aux nuisances environnementales et, d’autre part, à l’accès différencié aux aménités urbaines, ainsi qu’aux pouvoirs inégaux d’interpellation des pouvoirs publics face aux risques environnementaux (Christen, Hamman, 2015). La notion d’effet de lieu, renvoyant à l’effet combiné de l’espace physique, de l’espace social et des politiques publiques (Bourdieu, 1993), apparaît rendre compte de la complexité des inégalités écologiques. Cette complexité est révélée grâce à l’approche pluridisciplinaire mobilisée. D’abord l’épidémiologie nous a permis d’étudier la distribution spatiale de l’incidence du choléra dans la ville de Cotonou et de déterminer les espaces les plus atteints. Ensuite, l’approche géographique a mis en avant le lien entre milieu physique, caractéristiques socio-économiques et incidence du choléra. Enfin l’analyse sociologique et anthropologique a montré l’effet des pratiques locales, des représentations sociales de l’espace, du propre et du sale, de l’occultation des conditions socio-économiques dans les politiques de santé publique.

  • 1 L’extrême pauvreté est un indice de conditions de vie élaboré par la direction de la planification (...)

5L’étude épidémiologique du choléra montre une variation entre les arrondissements de la ville de Cotonou. Les arrondissements épargnés par la maladie sont ceux qui sont les moins touchés par « l’extrême pauvreté1 » (7è et 8è arrondissements). Par contre les arrondissements ayant enregistré les plus fortes incidences par le choléra comportent en leur sein de fortes proportions de ménages en situation « d’extrême pauvreté » (3è et 4è arrondissements). Mais le facteur socio-économique ne suffit pas pour expliquer l’incidence différenciée du choléra, car les arrondissements du sud-ouest de la ville fortement touchés par « l’extrême pauvreté » sont quasiment épargnés (12è et 13è arrondissements). Les inégalités écologiques ne sont donc pas toujours le reflet des inégalités sociales. C’est l’environnement physique qui joue un rôle plus déterminant dans les inégalités écologiques. Les arrondissements situés sur les berges lagunaires concentrent les incidences les plus fortes. C’est l’exemple des 3è, 4è, 5è et 6è arrondissements. Toutefois, au niveau des arrondissements ayant la même position géographique, le choléra suit le gradient socio-économique, les plus préservés du choléra étant ceux qui sont moins touchés par l’extrême pauvreté (5è et 6è arrondissements). On s’aperçoit donc de l’effet combiné du milieu et des facteurs socio-économiques sur les inégalités écologiques à Cotonou.

Figure 1. Répartition de l’extrême pauvreté ( %) par arrondissement dans la ville de Cotonou

Figure 1. Répartition de l’extrême pauvreté ( %) par arrondissement dans la ville de Cotonou
  • 2 Institut national de statistiques et d’analyse économique.
  • 3 Cette densité est calculée à partir de l’estimation de la population de Cotonou à 920 013 habitants (...)

6En effet, Cotonou est une ville côtière située dans la région méridionale du Bénin, sur le cordon littoral entre le lac Nokoué et l’Océan Atlantique. D’une superficie de 79 km2, cette ville est traversée par la lagune etprésente un climat de type tropical humide avec une alternance de deux saisons pluvieuses et de deux saisons sèches. La ville a connu une croissance démographique très rapide. Sa population est passée de 78 000 habitants en 1961, à 320 348 en 1979, à 536 827 en 1992, à 665 100 en 2002, et à 920 013 habitants en 2012 (INSAE2, 2012. Cette présentation de la ville de Cotonou, d’un double point de vue physique et démographique, révèle des conditions propices au développement des pathologies infectieuses et parasitaires. Au site marécageux et inondable, s’ajoute une forte densité humaine. En 2012, cette densité était de 11 645 habitants au km2.3 La croissance démographique de la ville favorise son extension sur les berges lagunaires, et l’installation des populations dans des conditions caractérisées par un déficit d’infrastructures socio-sanitaires.

7Cette thèse met finalement en avant la nécessité d’une analyse des inégalités écologiques à l’échelle des territoires. Les différences qualitatives entre les territoires aussi bien du point de vue de la géographie sociale, physique que des politiques publiques peuvent contribuer aux inégalités de production et d’exposition aux nuisances environnementales.

Fiche informative

Discipline 
Sociologie

Directeurs
Philippe Hamman ; Jean-Luc Piermay 

Université 
Université de Strasbourg

Membres du jury de thèse, soutenue le 1 décembre 2016 
Lise BOURDEAU-LEPAGE, Professeure de Géographie, Université Jean Moulin – Lyon 3
Abdou Salam FALL, Professeur de Sociologie, Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), Rapporteur
Philippe HAMMAN, Professeur de Sociologie, Université de Strasbourg, Directeur de thèse
Jean-Luc PIERMAY, Professeur émérite de Géographie, Université de Strasbourg, Co-directeur de thèse
Jean-Marc STÉBE, Professeur de Sociologie, Université de Lorraine (Pôle Nancy) Rapporteur
Josiane STOESSEL, Professeure de Sociologie, Université de Haute-Alsace (Mulhouse)

Situation professionnelle à l’issue de la thèse
Chargé de cours à la Faculté des sciences sociales de l’université de Strasbourg

Professeur de sciences économiques et sociales au Lycée Heinrich Nessel (Haguenau)

Courriel de l’auteur 
taofousseni[at]yahoo.fr

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre (sous la dir.), La misère du monde, Paris, Edition du Seuil, 1993, 947 p.

Bullard Robert, Dumping in Dixie : Race, Class and Environmental Quality, 3rd Edition, Westview Press, 2000, 256 p.

Christen Guillaume, Hamman Philippe « Associer les habitants à la transition écologique : quelle dimension participative des projets d’énergies renouvelables en Alsace ? », Cahiers de recherche sociologique, n° 58, 2015, pp. 119-137.

Roy Cécile, « La prise en compte de l’environnement à Dar es Salaam, problèmes et perspectives », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], vol. 237 | Janvier-Mars 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 13 décembre 2012.

Theys Jacques, « Quand inégalités sociales et inégalités écologiques se cumulent ». L’exemple du “SELA” », Note du CPVS, 13, Paris, MELT-DRAST, 2000.

Haut de page

Notes

1 L’extrême pauvreté est un indice de conditions de vie élaboré par la direction de la planification et du développement municipal (DPDM) de la ville de Cotonou. Elle désigne l’ensemble des privations en services socio-sanitaires et ressources économiques.

2 Institut national de statistiques et d’analyse économique.

3 Cette densité est calculée à partir de l’estimation de la population de Cotonou à 920 013 habitants (INSAE, 2013), sachant que sa superficie est de 79 km2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2. Répartition de l’incidence du choléra par arrondissement dans la ville de Cotonou
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/1198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
URL http://cdg.revues.org/docannexe/image/1198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taofick Raoul Fousséni, « Les inégalités écologiques à l’aune du choléra : étude dans la ville de Cotonou au Bénin », Carnets de géographes [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://cdg.revues.org/1198

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Carnets de géographes est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre d'études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques
  • Revues.org